CONSTELLATIONS
  • JPEG - 3.2 Mo
    Constellations © Bruno Dawaele
    JPEG - 3.2 Mo
    Constellations © Bruno Dawaele

    Constellations © Bruno Dawaele

  • JPEG - 7.2 Mo
    Constellations © Bruno Dawaele
    JPEG - 7.2 Mo
    Constellations © Bruno Dawaele

    Constellations © Bruno Dawaele

-
30 janvier > 18 février 2018 / durée 1 h 20

du mardi au samedi à 20h, le dimanche à 16h

Constellations

texte Nick Payne traduit par Séverine Magois
mise en scène Arnaud Anckaert, assisté d’Anna Dewaele, scénographie Arnaud Anckaert en collaboration avec Olivier Floury, lumière Martin Hennart, musique Benjamin Collier, costumes Alexandra Charles
avec Noémie Gantier et Maxence Vandevelde

Marianne est physicienne, Roland est apiculteur. Ils se rencontrent autour d’un barbecue chez des amis. Une relation naît, grandit avec ses joies, ses aléas… Une histoire banale ? Sauf que le génial Nick Payne, appliquant l’hypothèse des « multivers » de la physique quantique (selon laquelle une infinité de possibles coexistent à chaque moment de notre vie), déploie un jeu de variations extraordinaire, où il suffit qu’un personnage change un mot, une intonation, pour que le « destin » reparte soudain ailleurs ! Ce n’est donc pas un couple lambda mais la multitude des possibles d’une relation amoureuse qui se déploie sous nos yeux, au prisme des variations de la vie, de l’amour, de la mort, du temps… Et ce qui pourrait n’être qu’un exercice de style devient un hymne à la liberté aussi léger que bouleversant, porté par deux acteurs frémissants de vérité.

Les deux acteurs maîtrisent à fleur de peau cette délicate partition. Noémie Gantier, égérie de Julien Gosselin, est une fois de plus rare. Télérama

L’auteur applique au théâtre les codes du cinéma : ellipses, flash-back, flash-forward. Ces fragments d’un discours amoureux dépassent l’exercice de style grâce à la justesse des comédiens et de leur metteur en scène, Arnaud Anckaert, formidable directeur d’acteurs. Le Figaro.fr

La prestation des acteurs est impressionnante. Un spectacle tout simplement magnifique, c’est la perle du Festival off 2014 ! La Provence

Avec sa 1e pièce If There Is I Haven’t Found It Yet, l’anglais Nick Payne obtient en 2009 le prix George Devine. Sont ensuite créées avec le même succès au Royal Court Theatre Wanderlust (2010) et Constellations (2012), qui est récompensée du prestigieux Harold Pinter Award et couronnée “meilleure pièce” de l’année par le London Evening Standard.

Arnaud Anckaert co-dirige avec Capucine Lange le Théâtre du Prisme, compagnie implantée en Hauts-de-France. Passionné d’écritures contemporaines, notamment britanniques, A. Anckaert a ainsi créé en France Disco Pigs d’Enda Walsh, Orphelins de Dennis Kelly, Constellations de Nick Payne, Révolte d’Alice Birch, Séisme de Duncan Macmillan. La compagnie a été associée à la Comédie de Béthune et anime en région un festival de lectures de théâtre contemporain, Prise directe.

L’auteur est représenté par Renauld & Richardson (info@paris-mcr.com) dans les pays francophones en accord avec Curtis Brown, London.



Un spectacle du Théâtre du prisme, Arnaud Anckaert et Capucine Lange. Coproduction > La Comédie de Béthune - CDN Hauts-de-France. Coréalisation La Virgule (Tourcoing - Mouscron), avec le soutien du Théâtre du Nord, du Vivat d’Armentières, d’Artcena (aide à la création), de la Spedidam, des départements du Nord et Pas-de-Calais (aide à la diffusion).

/ Identité du Théâtre de l'Aquarium (affiches et tracts) : © Pascal Colrat pascalcolrat.fr / Site internet : © Tada machine tadamachine.com