LEONIS : BRUNCHES-CONCERTS
  • JPEG - 692.9 ko
    BEETHOVEN PROJECT
    JPEG - 692.9 ko
    BEETHOVEN PROJECT
  • JPEG - 24.4 ko
    JPEG - 24.4 ko

BEETHOVEN PROJECT PAR LEONIS

Les Leonis poursuivent (et termineront) l’intégrale des quatuors de Beethoven !

Cela se passe le dimanche à 13h juste après un brunch à 12h



Brunchs-maison à midi (sur réservation), concert à 13h

DIMANCHE 09 décembre : Opus 18/3 suivi de l’Opus 127

DIMANCHE 17 février : Opus 18/5 suivi de l’Opus 74

DIMANCHE 24 mars : Opus 132 & 133

Le Quatuor à cordes Leonis se produit dans de nombreux festivals et salles de concert tant en France qu’à l’étranger. En résidence à l’Aquarium, il propose trois brunches-concerts dominicaux dédiés exclusivement au maître indépassable du quatuor à cordes Ludwig van Beethoven !


Le Quatuor à cordes Leonis (fondé en 2004) réunit Guillaume Antonini et Sébastien Richaud (violons), Alphonse Dervieux (alto), Julien Decoin (violoncelle). Ils se sont retrouvés avec le désir d’approfondir l’immense héritage du quatuor classique, mais aussi de partager avec les publics les plus larges la diversité des styles, voyageant des musiques anciennes aux plus contemporaines, en passant par la chanson, le jazz, la pop, etc. Pour cela, ils collaborent avec des metteurs en scène comme Olivier Py, Irina Brook, Manu Kroupit (Eclisse totale), des chorégraphes tels Arkadi Zaïdes, Aurélien Kairo, Medhi Diouri et Andreas Cetkovic et des comédiens : Ariane Ascaride, Jean Bojko, Olivier Broda, etc.



dimanche 9 décembre à 12h

Opus 18/3 suivi de l’Opus 127 de Ludwig van Beethoven.

Avec ses quatuors, le génie de Beethoven est de faire le lien entre le modèle classique marqué par l’héritage de Mozart et Haydn et la modernité musicale.

 
Le Quatuor n°3 Opus 18
premier de tous les quatuors de Ludwig van Beethoven (1798-1899)

 

Entre 1798 et 1800, Beethoven, âgé de 28 à 30 ans, écrit sa première série de quatuors opus 18. Pianiste très bien accueilli dans la haute société viennoise, tout semble lui sourire, si ce n’est les premières atteintes de la surdité. C’est son protecteur le prince Lichnowski qui l’attire dans le domaine du quatuor à cordes. Au début, Beethoven n’est pas très convaincu (le piano l’intéresse davantage) et il ne pressent pas qu’il va porter le genre à des sommets intimidants pour tous ses successeurs. L’opus 18, encore inscrit dans la manière de Haydn et de Mozart, laisse pourtant déjà percer sa « patte » personnelle.

 
Le quatuor n°12 Opus 127
mi bémol majeur de Ludwig van Beethoven (1823-1826)

 

Le douzième quatuor inaugure la série des derniers quatuors de Beethoven (n° 12 à 16) considérés comme les plus grandes œuvres de toute sa vie créatrice. C’est une commande du Prince Galitzine. Les innovations — comme la généralisation du développement ou la conscience d’une « grande forme » — s’abstraient radicalement de tout modèle connu à l’époque et furent longtemps incomprises du public, comme les autres quatuors de cette période

Ludwig van Beethoven (1770 - 1827), grand compositeur allemand, a marqué l’histoire de la musique. S’affranchissant des règles classiques, il a ouvert de nouvelles perspectives dans la composition musicale et a jeté les bases du romantisme. Son tempérament fougueux, son don pour l’improvisation et son incroyable capacité à composer alors qu’il avait perdu l’ouïe en ont fait un personnage de légende. Beethoven a ouvert la voie à la génération romantique : Schumann, Chopin, Liszt, Mendelssohn...

Tarif réduit pour les mélomanes qui enchaînent avec le spectacle de théâtre qui suit à 16h.

/ Identité du Théâtre de l'Aquarium (affiches et tracts) : © Pascal Colrat pascalcolrat.fr / Site internet : © Tada machine tadamachine.com