HAMLET TRANSGRESSION
  • JPEG - 5.9 Mo
    HAMLET TRANSGRESSION © Claire Acquart
    JPEG - 5.9 Mo
    HAMLET TRANSGRESSION © Claire Acquart

    HAMLET TRANSGRESSION © Claire Acquart

  • JPEG - 50 ko
    HAMLET TRANSGRESSION © Isabelle Montané
    JPEG - 50 ko
    HAMLET TRANSGRESSION © Isabelle Montané

    HAMLET TRANSGRESSION © Isabelle Montané

  • JPEG - 5 Mo
    HAMLET TRANSGRESSION © Claire Acquart
    JPEG - 5 Mo
    HAMLET TRANSGRESSION © Claire Acquart

    HAMLET TRANSGRESSION © Claire Acquart

  • JPEG - 5.2 Mo
    HAMLET TRANSGRESSION © Claire Acquart
    JPEG - 5.2 Mo
    HAMLET TRANSGRESSION © Claire Acquart

    HAMLET TRANSGRESSION © Claire Acquart


du jeudi 3 novembre au samedi 3 décembre à 19h
jeudi 3 novembre (exceptionnellement) & les mardis, mercredis, vendredis et samedis à 19h (relâches les jeudis et dimanches) en prélude à Richard III - Loyaulté me lie

Hamlet Transgression
Opéra & Théâtre d’après William Shakespeare (Hamlet), Heiner Müller (Hamlet-Machine) et Frantz Schubert (Winterreise)

adaptation et mise en scène Jacques David

dramaturgie Élise Blaché, scénographie Emmanuelle Debeusscher, costumes Agnès Marillier, lumière Laurent Nennig, son Christophe Séchet, arrangements musicaux du Winterreise de Franz Schubert par Excursus (Laurence Malherbe, Laurent David, Faro, Éric Groleau)

avec la soprano Laurence Malherbe, la comédienne Dominique Jacquet et le musicien électroacousticien Christophe Séchet

Hamlet doit urgemment venger son père, mais il lui faudra cinq actes et des années pour y arriver... Entre temps, combien de mots (« Words, words, words... ») pour retarder le passage à l’acte, pour chercher une issue, pour contourner l’impuissance ?! Hamlet n’est-il pas la figure même du poète qui tente de nommer le présent, à défaut de pouvoir agir sur lui ? Dans l’extraordinaire Hamlet-Machine d’Heiner Müller, le « héros » se verra réduit à bredouiller un dérisoire « blablabla » face au spectacle des « ruines de l’Europe ». Comment ne pas entendre en écho le sublime Voyage d’hiver de Schubert, où le poète est sans cesse rejeté à la marge du monde et de l’amour : impuissant. Bouleversant.

Jacques David et Dominique Jacquet se consacrent depuis des années à l’écriture contemporaine (Marcus Köbeli, Wajdi Mouawad, Anne-Marie Kraemer, Lars Norén, Philippe Minyana...) et aiment mettre en regard les auteurs vivants et ceux du répertoire : Christophe Pellet / H. Ibsen, Philippe Minyana / Ovide, Matt Cameron / S. Beckett. Leur rencontre avec l’étonnante soprano Laurence Malherbe est à l’origine de ce nouveau dialogue entre passé et présent qu’est cet oratorio, Hamlet Transgression : la comédienne Dominique Jacquet fait converser Müller et Shakespeare (à travers les figures d’Hamlet, de Claudius, d’Ophélie), tout comme le rock très libre du quartet Excursus (Laurence Malherbe, Laurent David, Faro, Éric Groleau) réinvestit le chef-d’œuvre de Schubert en une version cold-wave progressive électrisée, avec la voix brûlante de Laurence Malherbe, telle une Nina Hagen postromantique version 2016 ! Un pur régal, et court (35 mn !). Une mise en bouche avant le Richard III qui prolongera la soirée...
 
Laurence Malherbe, chanteuse soprano, déclare son amour immodéré pour les musiques en fréquentant autant les grandes scènes lyriques internationales (où elle a chanté Bizet, Mozart, Puccini, Schubert...) que le Jazz expérimental, la New-Wave, le Rock, la Comédie musicale, en s’entourant chaque fois de musiciens de grand talent ouverts à toutes les esthétiques.

 
-> 10€ (tarif unique) associé à une place de Richard III - loyaulté me lie : 5€ (hors abonnement)



LA PRESSE EN PARLE

Cette courte pièce, qui s’apparente davantage à une performance, est d’une grande poésie et constitue un très beau geste artistique (...) On est sous le charme. Sylviane Bernard-Gresh - Télérama Sortir

Un métissage qui fait écho à la rencontre entre un auteur classique et un contemporain (...) Un voyage poétique autant que temporel. Anaïs Heluin - La Terrasse. 

On est séduit par cette étrange ovni qui allie l’art opératique et l’art théâtral avec virtuosité et ingéniosité. Olivier Fregaville-Gratian d’Amore - BSCnews

Les deux comédiennes sont divines, quasi célestes. Ces 35 minutes de bonheur nous font du bien. David Rofé-Sarfati - Toute la Culture

Ce bref spectacle dévide un écheveau poétique et désabusé, élevant l’impossible décision du héros shakespearien à la dimension d’un mythe moderne. David Verdier - Wanderer



production -> Théâtre de l’Erre

AIDEZ LA COMPAGNIE À FINANCER LE SPECTACLE, FAITES UN DON



/ Identité du Théâtre de l'Aquarium (affiches et tracts) : © Pascal Colrat pascalcolrat.fr / Site internet : © Tada machine tadamachine.com